Selon une étude de la célèbre clinique des frères Mayo, de réputation mondiale, montre que seulement 20% des diagnostics médicaux sont réellement fiables.

Alors pourquoi avons-nous besoins de ces diagnostics et de ces aides thérapeutiques improbables  ? Avons-nous besoin de sacrifier notre santé et celle de nos enfants au nom de "la science toute puissante"  ?

D'après les médecins le corps humain est fragile et faible immergé dans un environnement hostile. Selon eux il est doté d’une « mauvaise génétique » transmise par hérédité, voué au déterminisme et au fatalisme d’un mauvais gène. Et pour certain ce serait juste une question de chance.

Sommes-nous vraiment condamner à errer dans un milieu stérile avec la béquille pétrochimique  ?

Pourtant l’obésité, la calvitie, les irruptions cutanées, la fatigue, la dépendance à l'alcool ou au tabac, ou encore la dépression n’ont pas eu le statut « d'épidémies modernes ». Aucune solution thérapeutique efficace n'est proposée, ou peut-être juste des thérapies médicamenteuses douteuses et dangereuses.

En faite toutes les maladies sont incurables car elles sont juste une illusion créée par l’industrie pour servir ses intérêts financiers, et de par la méconnaissance du terrain et de notre symbiose avec le vivant.

On entend toujours parler du pouvoir de tel médicamentation propagé par les marketeux des médias mais avec des résultats souvent médiocres ou totalement inefficaces, car leurs traitements n'auront pour but que de traiter un symptôme avec l’illusion de la maladie. Il n’ y aura jamais un retour à la pleine santé et à la vitalité, étant donné que le traitement ne peut pas soigner une maladie qui n’existe pas.

" La chronicité de nos « maladies » sont créées par la chronicité de nos erreurs" -- Thierry Casasnovas,

On se focalise tous sur les symptômes au lieu des causes, mais on ne s’occupe pas du terrain.

On va partir sur l'exemple détaillé ici par Thierry Casasnovas dans sa vidéo de regenere.org sur le symptôme du reflux acide de l'estomac.

Le patient qui va consulter son médecin va se voir prescrire un médicament (Inhibiteur à Pompe Proton ou IPP) pour diminuer l’acidité chlorhydrique de l'estomac, parce qu'il semble que les reflux acides signifient trop d’acidité.

Pourtant c’est tout l’opposé qui se passe. L’estomac qui est toujours et doit être acide, va avoir une diminution de son acidité par l’effet du stress (en produisant du cortisole notamment). Le stress de notre vie est produit par notre rythme de travail et notre alimentation industrialisée, stérile et cuite pauvre en micro-nutriments. En conséquence le milieu pariétal de l’estomac va devenir le siège d’une prolifération bactérienne qui va consommer tous les aliments que l’ont ingère. Le coût du métabolisme de ces bactéries va être la production de poche de gaz par fermentation, qui vont remonter par le bas ou par le haut. La voie haute sera l’œsophage et la bouche par laquelle les poches de gaz avec le peu d’acidité restant va remonter. 

Donc au final la médecine se casse le nez en voulant traiter un symptôme sans connaissance du terrain car le problème du reflux acide n’est pas un problème de trop d’acide mais de pas assez d’acide au niveau des cellules de la paroi pariétale de l’estomac.

Voila bien ici un problème localisé dans le terrain stomacale devenir un symptôme chronique, entretenu par les médicaments qui vont encore faire chuter la production d’acide chlorhydrique. La chute de l’acidité stomacale augmente la prolifération de bactéries pathogènes avec pour conséquence une grande fermentation.

L’acidité stomacale est le premier principe actif de notre digestion et notre protection contre les corps étrangers et bactéries pathogènes.

Ce même médecin va encore accuser l’acidité pour l’ulcère (détérioration de la paroi stomacale), mais ne se préoccupera pas de l’acidose globale du corps. Pourtant la seule partie du corps humain qui doit rester acide est bien l’estomac, première porte d’entrée de notre organisme. En diminuant son acidité on va s’exposer à toutes les infections possibles.

Dans la réalité l’ulcère est le symptôme d’une déminéralisation importante de notre corps qui affecte la paroi stomacale.

Cette raréfaction de minéraux concerne le sodium, le magnésium et le zinc qui constituent les briques essentielles de la paroi de l’estomac. Ses parois ne pouvant plus se protéger du milieu acide, l’organisme va déclencher une baisse de production d’acide pour éviter la digestion de son propre estomac !

Notre alimentation enrichie, industrielle et cuite est carencée dans ces minéraux, l’enchainement de conséquences sont des infections chroniques avec une mauvaise digestion et donc un pouvoir d’assimilation amoindrie.

Il faut savoir que le corps humain possède tous les atouts pour atteindre la pleine santé, quand celui-ci n’est pas perturbé par la chronicité de nos erreurs, c’est un mécanisme appelé : homéostasie.

Si on se donne les moyens de fournir tous les minéraux nécessaires à son développement, contenu dans une alimentation vivante de produits bruts le moins transformé possible en fruits et légumes, notre corps parviendra à cet état d’équilibre parfait que l’on appelle l’homéostasie.

Très jeune déjà nous héritons des « maladies » dégénératives de nos grands parents.

Ces maladies sont ni plus ni moins des symptômes que le corps développe pour répondre à un problème. Par exemple l’inflammation est un phénomène de dilatation des tissus pour favoriser les échanges cellulaires et permettre au système immunitaire de fonctionner à plein régime et favoriser l’élimination dans le corps. Si le système immunitaire est en dysfonctionnement, le corps va recourir aux bactéries pour effectuer cette élimination à sa place. Il peut s’accompagner d’une élévation de la température du corps pour favoriser les échanges dans les cellules. La fatigue sera la résultante de la mobilisation de toutes ses ressources énergétiques pour réparer et nettoyer.

Le jeûne thérapeutique constitue donc donc une excellente thérapie pour fournir au corps toute l’énergie réparatrice.

Vouloir utiliser les antibiotiques pour couper la fièvre et détruire les bactéries qui sont là uniquement pour nous aider, relève de la mutilation. Il faut savoir que nous sommes constitué de 10 fois plus de bactéries que de cellules humaines, nous sommes donc par définition "microbien".

Notre peau, notre muqueuse, notre paroi intestinale sont bourrés de bactéries, elles constituent notre barrière protectrice avec le monde extérieur. Nous ne  pouvons pas impunément les supprimer, au risque de mauvaise santé ou de mort. Un antibiotique par définition signifie :  Anti (contre) - biote (milieu). Le produit chimique artificiel que l’on va ingérer détruira littéralement notre biote intestinal. Notre biote est le garant de notre santé et de notre équilibre alimentaire.

Toutes les maladies que l’on nomme et identifie sont des illusions inventées par le milieu médical pour nous vendre des thérapies, voire nous tuer.

Tous les symptômes du corps humain sont les expressions de l’obstruction (blocage et stockage des acides) et de la déminéralisation (perte de nos briques minérales essentielles pour la constitution de nos tissus).

L’acidification du milieu et l’alimentation pauvre et carencée vont œuvrer à la déminéralisation globale du corps.

Il faut finalement retenir que les 3 composants clefs du succès au retour à l’homéostasie sont : l’alcalinisation, la détoxination et l’énergétisation, et ce sera l’objet d’un prochain article. 

Références : Thierry Casasnovas et Dr Robert Morse.

Commenter cette publication

*
*
*