Le corps humain requiert exactement le même processus avec l'oxygène et le carbone. L'oxygène est identique à celui utilisé pour la voiture sauf que le carbone est le sucre ou glucose. Des carbonhydrates pour être exacte. Les carbohydrates du glucose sont combinés avec l'oxygène pour former l'ATP (Adenosine Triphosphate), l'énergie de la cellule sans laquelle toute vie serait impossible !

Sans sucre (carbone), les cellules meurent, comme pour l’oxygène (respiration). Les sucres sont les principaux besoins de la cellule pour fonctionner, ils sont les aliments fondamentaux pour le corps humain.

Vous êtes sans doute surpris, parce qu'il semble que notre alimentation actuelle est au contraire trop riche et abondante en sucre alors pourquoi serions-nous carencés en glucose ? En effet, notre vrai carburant n'est pas le même sucre auquel vous auriez pu penser, c'est un sucre le plus simple possible, c'est à dire avec des chaines de carbones simples (monosaccharides) par exemple le fructose, le galactose ... mais me diriez-vous qu'il peut aussi être consommé pure par raffinage ? non Il ne peut pas être le carburant adéquate car il est isolé de son contexte vivant, nous allons le voir plus loin qu' il est nocif.

Les seuls carbohydrates bio-disponibles comme carburant pour le corps humain sont ceux des fruits et pas autre chose.

En effet les seuls sucres qui contiennent tous les anti-oxydants, enzymes, minéraux et vitamines sont contenus dans les fruits et sont directement assimillables dans les cellules sans l'intervention de l'insuline. Le design de la machine humaine a été conçu autour du sucre. Vous me réfuterez en disant que bien des gens ne mangent pas ou peu de fruits et ne sont pas morts. Bien entendu, la machine humaine a tout prévu car elle peut tranformer les sucres les plus complexes comme les poly et disaccharides (amidons, céréales ...) en sucres simples, mais au prix de transformations coûteuses pour l'organisme (acidification et hyperglycémie). Le corps le fait pour une question de survie, et ne peut pas laisser les cellules mourir. Le corps humain peut aussi dégrader les lipides (graisse) et aussi les protéines, le coût en énergie et en acidification est très coûteux.

Les grands sportifs ont compris qu'il ne faut pas manger une côte de boeuf quelques heures avant la course. Les personnes qui pensent tirer leur énergie des protéines ou des lipides se trompent car elles vont le payer dans un long processus de digestion et d'acidification pour arriver à une performance moyenne et une récupération plus longue. Il y aura aussi une usure avec le temps (reins, glandes surréales).  Il n'y a qu'à observer les grands carnivores dans le monde animal, ils ont, la plupart, des pauvres performances en endurance comparativement aux herbivores (gazelle, gorille, éléphant ...). Les carnivores seront par contre performants sur de courtes durées.

"Brûler une protéine pour l’énergie est comme utilisé les murs de ta maison pour faire un feu de cheminée."

En effet la consommation de protéines comme source d'énergie crée une grande acidification qui va être stocké dans les tissus adipeux (graisse) ou ihnibé grâce aux minéraux de notre organisme d'où une déminéralisation accélérée.

Seules les fruits peuvent alimenter en énergie (ATP) correctement les cellules sans intervention de l'insuline mais aussi sans tranformation préalable. Quand ce glucose est en excès il est stocké en glycogène dans le foie pour une utilisation ultérieure. Dans les deux cas le sucre ne peut pas rester dans le sang, il est donc stocké en énergie dans les cellulles (ATP) ou dans le foie (glycogène).

Maintenant que se passe-t-il quand notre niveau de glucose dans le sang a trop augmenté ? 

C'est un indicateur. Le pancréas ne peux pas fournir suffisamment d’insuline pour porter le glucose à travers la cellule ou les glandes surrénales ne peuvent pas contrôler correctement le métabolisme du glucose. Le corps va donc essayer de stocker dans les tissus adipeux (graisses).

Finalement où trouve-t-on du glucose simple dans une alimentation vivante ?

On le trouve dans tous les végétaux. Il demande à l’insuline d’être transporté dans la cellule. Le fructose beaucoup plus électrique n’a pas besoin de l’insuline pour être porter à l’intérieure des cellules à travers leur membranes. Cela est effectué par simple diffusion. 

Contrairement aux idées reçus, les fruits sont idéals pour les diabétiques ou autre personne qui aurait  des problèmes de glandes surrénales. Comme le fructose se déversera dans les cellules, il permettra la création d’ATP (énergie).

Notre société moderne a positionné les fruits comme des aliments optionnels pour éventuellement un dessert en fin de repas. Alors qu'il est un aliment complet, de première nécessité pour le corps humain. Il ne faut surtout pas oublier que nous sommes une espèce frugivore, conçue pour manger des fruits et légumes et un peu de protéines.

Il est très important de souligner le danger du sucre raffiné et des associations que l'on fait avec nos aliments. Ces sucres concentrés sont acidifiants et ne peuvent pas nourrir les cellules. Au même titre que le sel et les aliments transformés, industriels la plupart sont de véritables poisons pour notre organisme.

L'être humain a besoin d'aliments hydratés c'est à dire aqueux à 70%, chargés en micro-nutriments et avec une vibration électromagnétisme élevé. Les fruits répondent à ces critères car ils sont les aliments supérieurs loin devant les végétaux.

Les fruits rempliront leur mission si ceux-ci sont mûres à point, non traités, cultivés dans un sol riche et abondant en minéraux et cueillis à maturité. C'est très important de souligner cette nuance car la consommation de fruits non mûres, que l'on trouve dans les hyper-marché sont mauvais pour la santé. La maturité d'un fruit est le garant de sa qualité et de sa richesse nutritionnelle.

La permaculture est sensible à cette approche de richesse du sol pour apporter à nos légumes et fruits l'abondance nutritionnelle auquelle notre agriculture moderne fait défaut. Par exemple l'agro-foresterie fait appel aux arbres pour régénérer ce sol maltraité.
-- Source : Robert Morse sur la physiologie.

Commenter cette publication

*
*
*